[Paroles de lecteurs] Élections chambres Très remontés contre tous les syndicats !

Paradmin

[Paroles de lecteurs] Élections chambres Très remontés contre tous les syndicats !

paroles de lecteurs elections chambres d agriculture « Chaque agriculteur, avec son bulletin de vote, décide de la direction dans laquelle il souhaite aller », rappelle Balel. (©APCE // Création Terre-net Média) 

Beaucoup de lecteurs fustigent la FNSEA

Balel : « Z’ont de la chance à la FNSEA et JA d’avoir les pieds sur terre (expression utilisée par les deux syndicats pour lancer leur campagne dans le cadre des Élections des chambres d’agriculture, NDLR) car, sur le terrain, les agris sont dans la m… jusqu’au cou ! »

BG : « À propos de m… justement, il serait temps que la FNSEA quitte la préhistoire, qu’elle change ses moyens d’action et arrête de déverser du fumier. Quel manque d’imagination, de respect envers les personnes qui vont devoir nettoyer, et d’efficacité surtout. Cela se traduira bientôt, inévitablement, par un manque de bulletins de vote ! »

Extraits des commentaires des articles traitant des élections des chambres d’agriculture, parus depuis plusieurs mois sur Terre-net et que vous pouvez retrouver ICI.

Yoyo :  « Ce syndicat ne défend qu’un système pour mieux diviser et régner. »

Marius : « Les élections des chambres d’agriculture arrivent, alors la FNSEA veut montrer les gros bras en manifestant comme les gilets jaunes, mais en défilant avec de gros tracteurs made in USA. Il y a d’autres actions à mener et d’autres choses à demander que des aides, comme par exemple bâtir de vrais projets pour lutter contre la sécheresse, réduire les phytos, favoriser l’installation des jeunes. »

Steph72 : « La FNSEA a la mémoire courte ! J’espère que les agriculteurs ne l’auront pas. Le bilan est mauvais : les producteurs ont toujours des prix insuffisants pour vivre. Elle voudrait qu’on lui fasse confiance ! »

PàgraT  : « S’il y en a qui veulent laisser les collabos au pouvoir, ce sera sans moi ! Les administrateurs de la FNSEA sont tous sous le contrôle des multinationales et du gouvernement, chantre du libre-échange. Dès le début des EGA, les travaux ont été torpillés par la fédé, leur pseudo consternation n’est que de la com’ ! Qui a compliqué le parcours à l’installation sinon les gouvernements successifs avec le concours de la FNSEA ? Continuez donc à voter pour ces gens qui vous enfoncent chaque jour un peu plus ! »

Pipo 1er : « Pourquoi les syndicats agricoles ne se s’allient pas à ceux du monde ouvrier ? Cela renforcerait le poids de leurs demandes et de celles des ouvriers par la même occasion. Certaines sont proches : revenu, retraites, etc. Une fois, je l’ai proposé à une réunion et j’ai été traité de sale socialiste. Les agris sont seuls avec leurs revendications et personne n’en a à faire. » 

La Coordination rurale n’est pas mieux selon eux, mais a son défenseur

Pipo : « “Rassembler les désabusés” : ils sont vraiment comiques à la Coordination rurale. Un rassemblement des anciens de la FNSEA ou d’ailleurs ? (…) Avant d’être un syndicat, c’était en quelque sorte les gilets jaunes de l’époque. Depuis ils sont devenus un genre de “FNSEA light” avec des discours mielleux sans aucune efficacité pour défendre l’agriculture. »

Titian : « C’est clair qu’au niveau com’, on repassera ! Les désabusés, et ils sont nombreux, ont certainement passé le stade de vouloir sanctionner les trahisons de la Fédé. Ils sont sûrement plus tentés par l’abstention et l’indifférence, avec ce qui apparaît au final comme une simple redistribution de tous petits privilèges. »

Nicolas2129 : « (…) Opposer les modes de production et les hommes, ce n’est pas vraiment incitatif comme programme électoral… »

Baptiste :  « La CR n’est qu’une fédé bis. Le président national n’a aucune parole : il prend des décisions à l’AG départementale et deux mois plus tard, fait le contraire à l’échelon national. »

Pipo : « (…) La CR est en effet sur le même chemin que la FNSEA. Abondée de subventions, elle s’est totalement perdue en route depuis qu’elle s’est muée en syndicat. On peut prédire le même sort aux gilets jaunes s’ils se transforment en parti politique. »

PàgraT : « Détrompez-vous Pipo, les arguments de la Coordination tracent leur sillon. Le think tank Momagri reprend notre concept d’exception agriculturelle, la Fédé notre slogan “des prix pas des primes” et la Conf. nous a rejoint à l’EMB pour la régulation de la production laitière. Le résultat d’un travail de longue haleine ! Et vous, vous proposez quoi ? »

PàgraT : « Je suis candidat Coordination rurale et n’ai aucune sorte de privilège. Au contraire, je prends de mon temps pour défendre la profession agricole ainsi que la ruralité. Se plaindre sur internet, c’est bien, je le fais aussi. Mais cela ne suffit pas. Je suis prêt à entendre vos propositions pour que l’agriculture se porte mieux. Et après, comparons tous nos positions, quelle que soit notre appartenance syndicale. En fin de compte, elles ne sont pas si éloignées que ça. En clair, je vais reprendre le slogan d’une CR du sud-ouest : ” Si vous êtes satisfait de votre chambre, restez couché, sinon changez de literie” ! »

De même pour la Confédération paysanne

Djeff : « Heureusement qu’il y a des gens pleins de bonne volonté (les élus de la Confédération paysanne, NDLR) sur Terre, perspicaces et avec les yeux bien ouverts. »

Magalie : « Il vaut mieux dix fermes sur une commune que deux, comme le prône la CP. Soyons nombreux à voter aux élections des chambres d’agriculture ! Vive les paysans, les vrais ! »

Francis : « La Conf. n’est pas un syndicat agricole, mais un syndicat d’intellectuels de gauche, ce qui ne l’empêche pas d’avoir parfois raison. »

Titian : « Contribuer à hystériser le débat, de façon souvent fallacieuse, sur les pesticides ou encore l’irrigation, n’est pas du tout à propos. Je ne pense pas que l’urgence soit vraiment là ! »

Pipo : « C’est surtout le syndicat des soixante-huitards. S’ils peuvent gagner dans le Larzac, ils ne l’emporteront jamais dans la Marne, ni dans le Centre ou la Bretagne. »

Ducon : « Avec des zozos pareils, on n’est pas sorti des ronces, ces dernières étant leur principale culture… »

Moty : « L’espoir fait vivre (à propos de la Confédération paysanne qui espère l’emporter dans plusieurs départements, NDLR) !! Quand on est jeune, on y croit, quand on vieillit, beaucoup moins. »

N.B. : Le Modef, cinquième syndicat en lice pour ces élections, n’a pas fait l’objet de commentaires de la part des lecteurs. Rappelons qu’il a obtenu 2,04 % des voix au niveau national auprès des chefs d’exploitations aux dernières élections des chambres d’agriculture en 2013 et n’a été majoritaire dans aucun département.

Marre des syndicats agricoles en général 

Sanglier72 : « Que faisaient les syndicats au moment des manifs des gilets jaunes ? Ils étaient plus préoccupés par les élections des chambres d’agriculture que par la vie quotidienne des paysans. Faudrait quand même pas qu’ils perdent tous leurs privilèges, qui leur permettent de vivre grassement sur le dos des écervelés qui vont les applaudir lors des meetings ! » 

Michel36 : « Tous ces appels à manifester de dernière minute de la part des syndicats, ce n’est pas pour défendre les agriculteurs mais simplement pour justifier leur existence, élections des chambres d’agriculture oblige. Pourquoi sinon se réveillent-ils maintenant alors que l’État annonce toutes ces augmentation depuis longtemps  ? »

Lumat : « Je viens de lire certains de vos commentaires et ils sont à l’image de ce qu’il se passe en France depuis novembre. Vous n’avez pas encore compris qu’il y en a assez du syndicalisme qui ne fait qu’opposer les gens et les systèmes, les “petits” et les “gros”, les bio et les conventionnels, etc. » 

Olmed : « Qu’ont fait les syndicats agricoles ces 10 dernières années ? Pourquoi ferait-ils mieux durant celles qui viennent ? Les agris crèvent en silence ! »

BG : « “Organisons des réunions de réflexion” : s’il en sont encore là, c’est qu’ils n’ont rien compris, ou pire qu’ils n’ont encore rien fait ! Ce ne sont pas les électeurs qu’il faut bousculer un peu pour qu’ils aillent voter, mais leurs beaux costumes, leurs belles chaises bien huilées et leurs manies de cireurs de pompes qui méritent d’être chahutés. Ils sont plus enclins à protéger leur pré carré plutôt qu’à veiller à ce que le monde agricole tourne rond. »

Le cheval de devant : « Ce ne sont que des outils gouvernementaux servant à étouffer les revendications des agriculteurs. »

Rino :  « Et surtout une mafia bien organisée depuis des lustres qui a conduit les agris à la ruine ! (…) »

Olmer : « Il faut une rébellion générale de tous les exploitants agricoles, quelles que soient leurs productions. C’est scandaleux, nous ne vivons plus de notre métier, les coops et syndicats sont les collabos des GMS et des industriels ! »

Baptiste :  « Il n’y a qu’en agriculture que l’on voit des responsables syndicaux monter à Paris pour signer des accords pour des prix 20 à 30 % inférieurs aux coûts de revient. Depuis 50 ans, toute cette clique ne défend plus les paysans, notamment les éleveurs qui sont dans une spirale infernale (un suicide tous les deux jours). Elle est responsable de la disparition de 40 % des producteurs en moins de 20 ans et 60 % de ceux qui restent ont une rémunération de 360 €/mois pour 280 h de travail. Le comble : elle se partage les aides versées par la MSA pour les agriculteurs en difficulté et celles octroyées en cas d’accident climatique. Surtout la FNSEA : leur slogan devrait plutôt être “les pieds sur terre et la main dans le sac” (…) ! »

Le financement du syndicalisme fait débat

Lumat : « Il faut bien que les syndicats assurent leur train de vie !! » 

BG : « Que l’état donne ces 13 M€ directement aux agriculteurs, ce sera plus efficace ! »

Thierry B : « 13 M€ à partager entre 500 000 agriculteurs, ça fait 26 € chacun. Vos propos sont démagogiques au plus au point ! »

Marius : « Le pactole de 13 M€ pour financer le syndicalisme agricole devrait plutôt servir à aider les installations de petits producteurs et non, comme toujours, les gros. Ou constituer une réserve en cas d’accidents climatiques. Il y en a marre : bientôt les gilets verts (les agriculteurs, NDLR) ne vont pas aller bloquer les routes mais les chambres d’agriculture, tenues majoritairement par les “pleureuses” de la FNSEA qui se partageant le gâteau sur notre dos. Nous voulons une agriculture plurielle et non concentrée sur les céréales, le lait et le sucre. »

« Facile de dénigrer quand on reste chez soi » fait remarquer Ptiloui

Ptiloui : « Et vous, que faites-vous pour changer les choses ? Facile de cogner sur ceux qui s’engagent, passent des journées et des journées à essayer d’avancer sur de nombreux sujets, et du coup délaissent leur ferme, leur famille et tout le reste. Bénévolement, il faut le rappeler (sauf pour les aristocrates de la FNSEA). S’ils font fausse route alors expliquez-leur plutôt que de les dénigrer ! Rester chez soi à râler ne sert à rien. Par exemple, on peut les encourager à s’impliquer dans les organisations de producteurs (OP), pas forcément avec une étiquette syndicale, pour travailler sur la qualité et la valeur ajoutée via des cahiers des charges ambitieux, la répartition du pouvoir au sein des filières… Cela demande une implication collective de longue haleine, et de sacrées convictions quand les vents sont contraires. (…) Par ailleurs si on veut des voisins plutôt qu’un désert autour de soi, c’est bien par l’action collective qu’on peut changer les règles et le rapport de force. »

Sur les élections des chambres d’agriculture en particulier

Gibero : « “Élections des chambres d’agriculture − Ambitions, enjeux et lignes syndicales : ce qu’il faut retenir”. La réponse au titre de cet article : rien du tout malheureusement ! »  

Drous : « Après les gilets jaunes, ça va être les bottes vertes car ces élections ne nous amèneront pas grand-chose. »

Thierry B : « Le vrai enjeu pour les agriculteurs au-delà des 13 M€ redistribués aux syndicats, c’est de savoir qui va gérer, et comment seront utilisés, les 720 millions alloués au fonctionnement des chambres d’agriculture. »

Hub : « Allez voir le rapport public annuel 2017 des chambres d’agriculture remis par la cour des comptes, édifiant !! Effectifs en hausse alors que le nombre d’agriculteurs diminue, frais de personnel en constante augmentation, véhicule affecté individuellement pouvant être utilisé pour un usage personnel voire pendant les congés… j’en passe et des meilleurs ! Résultat : une chambre sur deux en déficit !! »

Maxens : « Le siège de la structure dans la capitale et celui des échelons régionaux et départementaux dans les grandes villes ? On se demande si les chambres sont encore au service des agriculteurs ou du confort de leurs salariés. Dans “chambre d’agriculture”, il y a agriculture, alors pourquoi ne pas les mettre dans les campagnes, à proximité des exploitants pour lesquels elles sont censées travailler ? »

Paysan89 : « Les chambres d’agriculture et leur meneur la FNSEA sont des tremplins à but politique et financier. Pire, à des fins d’enrichissement personnel pour la majorité des élus. De plus, depuis 40 ans, le nombre d’agriculteurs a été divisé par 4 alors que celui de salariés a été multiplié par 2 ou 3. Cherchez l’erreur ! Aujourd’hui, malgré le financement de l’État, les cotisations et j’en passe, tous les services d’une chambre sont payants. Et il vaut mieux se tourner vers des organismes de conseil privés car en cas de litige, les chambres ne reconnaissent jamais leur faute. Ce modèle d’organisation est dépassé. Il ne satisfait que l’égo de quelques accros aux responsabilités, qui ne se remettent jamais en question ! »

Pipo : « Les institutions agricoles auraient une crédibilité ? C’est la première bonne bague de 2019 ? »

Bonarien : « Quand le revenu ne vient pas de la ferme mais des promenades hebdomadaires au siège parisien des chambres d’agriculture et des syndicats, on est prêt à avaler toutes les couleuvres sans moufter. »

Marius : « Ptiloui disait plus haut que les responsables syndicaux sont bénévoles. Vous savez combien touche un président de chambre d’agriculture : entre 1 500 et 2 000 euros par mois). Et les trois représentants de la FNSEA à Bruxelles pour faire du lobbying coûtent plus de 100 000 par an ! Une paille pour un paysan. Moi, je n’attends rien de ces élections. Comme le regard de ceux qui se présentent est toujours tourné vers le même mur, celui-ci s’approche de plus en plus dangereusement. Ils sont tellement myopes que le seul résultat de leurs mandats respectifs est la diminution du nombre d’exploitations agricoles et la désertification du monde rural ! »

Pàgrat : « Les paysans pourraient bien se révolter. Aussi les résultats aux élections des chambres d’agriculture vont être très importants. »

Pipo : « Foutaise ! Ces élections par correspondance sont le meilleur moyen de trafiquer dans un sens comme dans l’autre. La même chose qu’en politique ! Moi, j’ai arrêté de voter le lendemain du 1er tour de la présidentielle 2017 et sauf gros coup de théâtre, je suis pas prêt d’y retourner. Alors ce n’est pas pour aller voter à une élection magouillée par les chambres d’agriculture ! »

Balel : « Chaque agriculteur, avec son bulletin de vote, décide donc de la direction dans laquelle il souhaite aller : pas de prix ni de revenu, ou l’inverse ! Force est de constater que la majorité souhaite travailler bénévolement. Bel altruisme… »

Le grand débat entre les leaders syndicaux n’a pas convaincu

BG  : « C’est un débat en cinq actes, avec les décors de Roger Harth et les costumes de Donald Cardwell. Les acteurs constatent, se désillusionnent, se jettent sur l’agribashing comme sur un nouvel os à ronger. Tout ce qui les intéresse, c’est de décrocher le Molière, le reste… »

Drous : « Ils sont contents les cinq, ils se sont parlé et ont fait leur spectacle. Et après, ils vont faire quoi pour que ça change, pour nous puissions vivre de notre travail ? Rien comme d’habitude, à part attendre encore et toujours. »

Moty : « Beau discours, Mme Lambert : résilience, durabilité, performance, j’ai bien entendu ces beaux mots mais vous avez a oublié de préciser que c’était que pour les agriculteurs qui restent. Avec votre politique agricole, on est juste passer en 50 ans de 5 millions d’exploitants à 500 000. Combien de temps, laisserons-nous encore cette organisation au pouvoir ?? »

Pipo : « Les syndicats agricoles sont comme LREM et Macron : ils n’ont rien compris. Quand on veut changer un système, on n’organise pas de grands débats, on fait des propositions chocs qui, si elles plaisent, inciteront les électeurs à voter pour ceux qui les ont prononcées. »

Paysan89 : « Cinq syndicats agricoles ? JA peut-il être considéré comme une organisation indépendante, avec une culture indépendante, une vision indépendante et des projets indépendants ou est-ce une filiale de la holding FNSEA depuis 70 ans ? Si JA roule seulement pour JA alors il faut des listes JA, cela donnera peut-être un souffle nouveau à ces élections. Seulement, en ayant participé avec la FNSEA à la disparition de 4 millions de paysans français (…), peut-être n’ont-ils pas un nombre d’adhérents leur permettant d’être de grands garçons et de grandes filles ? »

Balel : « Cinq organisations et quatre listes : cherchez l’erreur en effet…  »

« Le seul combat valable : celui pour des prix rémunérateurs »

Moty : « Le seul combat valable et l’unique solution à la crise ce sont des prix rémunérateurs dans toutes les productions. Pour cela, il faut une maîtrise des volumes au niveau européen. Toutefois, comme un certain nombre d’agriculteurs ne veulent pas l’entendre et produire toujours +++ comme pousse à la faire la FNSEA, on aboutit à des prix très volatils qui s’alignent sur le marché mondial. Ceci complique énormément la gestion de chacune de nos fermes. »

Alors les lecteurs vont-ils s’abstenir ou voter nul ?

jfpb08 : « La CP est nulle, la CR nulle et la FNSEA nulle, du coup je voterai nul ! »

Le cheval de devant : « À force de sous-estimer l’abstention, de mépriser les sourdes colères, il se peut bien qu’un jour apparaissent des gilets jaunes discréditant les institutions agricoles aux yeux de nos partenaires européens et mondiaux. »

drd : « Attention, ce sondage n’est qu’une enquête non représentative. Notez bien que sur internet, ce sont toujours les mécontents qui s’expriment. On le voit d’ailleurs dans les commentaires d’articles. » (NDLR : cela nuance les propos précédents et l’ensemble de l’article).

© Tous droits de reproduction réservés – Contactez Terre-net

Go to Source
Author: Céline Clément

Vous aussi profiter de l’injection de vapeur froide d’eau a l’admission d’air

Cliquez sur l’image

Combustor sas

À propos de l’auteur

admin administrator

    Vous devez être connecté(e) pour laisser un commentaire.

    Refonte Boutique jusqu'au 28/02/2020Aucune commande ne sera honoré ! Ignorer