Normes environnementales : les ménages les plus modestes pénalisés ?

Paradmin

Normes environnementales : les ménages les plus modestes pénalisés ?

Avec la mise en place de normes d’émissions de plus en plus strictes, les constructeurs s’inquiètent de la hausse des prix des véhicules. Dans un communiqué, l’Association des Constructeurs Européens d’Automobiles déplore un impact sur le pouvoir d’achat et la liberté de mobilité des plus modestes.

A l’heure où les normes environnementales sont de plus en plus strictes, et notamment dans le domaine automobile, les dirigeants des principaux constructeurs s’inquiètent de leur impact sur le prix des véhicules. Dans un récent communiqué, l’Association des Constructeurs Européens d’Automobiles déplore en effet un « impact négatif sur la liberté de mobilité » des familles à bas et moyens revenus, qui « n’accepteront pas les standards de CO2 ».

En effet, qui dit véhicules propres dit forcément investissements lourds de la part des marques, qui doivent donc logiquement augmenter leurs prix afin d’être rentables. En moyenne, un modèle hybride coûte en effet plus de 5.000 € supplémentaires par rapport à une voiture 100 % thermique, d’autant plus que pour l’heure, aucun bonus n’est au programme. Une situation qui ne devrait d’ailleurs pas aller en s’améliorant, la Commission Européenne souhaitant réduire de 40 % les émissions des véhicules neufs d’ici à 2030.

Des ménages de plus en plus impactés

Pour Carlos Tavares, PDG du groupe PSA et actuellement à la tête de l’association, « Les objectifs proposés actuellement vont bien au-delà de ce qui est économiquement et socialement justifiable », affirmant par ailleurs que « les citoyens commencent à ressentir les conséquences sur leur vie quotidienne ». Pour lui, il faut que cette transition soit soutenue par les automobilistes et se fasse donc de manière plus progressive, sans quoi « l’Union Européenne risque de rendre les voitures trop chères pour les ménages aux moyens modestes. » Au nom de l’écologie, les foyers à faible revenus n’auront donc plus d’autre choix que de se tourner vers des véhicules d’occasion plus polluants, prenant alors le risque de ne plus pouvoir passer avec succès le contrôle technique, et se voyant alors forcés d’acheter une voiture neuve sous peine de finir à pied.

A terme, ces contraintes pourraient en réalité devenir une véritable entrave à la liberté, car pour l’heure, et malgré le bonus gouvernemental de 6.000 €, acheter une voiture électrique reste encore difficile pour de nombreux ménages. Pour rappel, la Renault Zoé débute à partir de 17.700 € bonus déduit, hors location de batteries, qui peut aller jusqu’à près de 120 € par mois pour une formule avec kilométrage illimité, même si l’achat est désormais possible, moyennant quelques milliers d’euros supplémentaires. De quoi refroidir une grande majorité des automobilistes, et ce malgré la mobilisation des gilets jaunes autour de la hausse des taxes sur le carburant et la baisse du pouvoir d’achat.

A lire également sur Auto-Moto.com

Gilets jaunes : les trois mesures annoncées par Édouard Philippe

Carburant : la hausse des taxes annulée… vraiment ?

Vers une baisse de 40 % des émissions de CO2 en 2030 ?

Go to Source
Author: Marie Lizak

Vous aussi profiter de l’injection de vapeur froide d’eau a l’admission d’air

Cliquez sur l’image

Combustor sas

À propos de l’auteur

admin administrator

    Refonte Boutique jusqu'au 28/02/2020Aucune commande ne sera honoré ! Ignorer