Dakar 2019 : Peterhansel, les galères du « roi du désert »

Paradmin

Dakar 2019 : Peterhansel, les galères du « roi du désert »

Alors que Nasser Al-Attiyah se rapproche toujours plus de la victoire finale, le recordman de victoires au Dakar multiplient les ennuis. Récit d’une édition galère.

Pour la première fois depuis 31 ans, le Dakar aurait pu se disputer sans lui. Stéphane Peterhansel, qui a tout connu dans l’épreuve (6 victoires en moto, 7 en auto) a longuement hésité avant de s’engager à nouveau. Après le départ de Peugeot du rallye-raid, le natif de Vesoul a laissé planer le doute pendant plusieurs mois. Puis, il s’est décidé à vouloir le faire à nouveau mais au côté de sa femme, Andrea Mayer, ex-pilote d’auto et de moto. Sauf que cette dernière, victime d’un problème d’oreille interne, ne peut relever le défi. Elle s’engage en tant que copilote en Side by Side (un mix entre un quad et un buggy) et lui finit par céder aux sirènes de Mini avec qui il a déjà gagné deux fois le Dakar (en 2012 et en 2013).

L’impression de subir plus que de maîtriser

Entre-temps, il a « perdu » Jean-Paul Cottret, considéré comme l’un des meilleurs copilotes en rallye-raid. « Paulo » s’était déjà engagé avec Cyril Despres, lui aussi ex-pilote Peugeot à avoir rejoint l’armada Mini. Peterhansel choisit finalement de rejoindre l’armada allemande avec David Castera, une vieille connaissance puisque les deux roulaient chez Yamaha il y a une vingtaine d’années. La présence de « Mister Dakar » sur la ligne de départ suffit à le considérer comme un favori : il connaît son « team » (avec qui il a gagné en 2012 et 2013), il est passé maître en stratégie sur les pistes et il sait mettre le coup de grâce au bon moment pour s’imposer.

Pourtant cette année, « Peter » donne plus l’impression de subir les événements plutôt que de les maîtriser, laissant le talent de Loeb et la gestion d’Al-Attiyah prendre la lumière. Dès la 2e étape, alors que Sébastien Loeb s’impose, « Peter » perd 15 min à cause d’un planté dans les dunes qui oblige Despres à le secourir. Trois jours et une victoire d’étape plus tard, il accumule du retard après s’être embourbé dans le fesh-fesh. Cette fois-ci, c’est Roma qui intervient pour lui permettre de finir la spéciale. Dimanche, nouvelle journée galère : Peterhansel veut aider Roma (juste rappel à l’envoyeur) mais en s’approchant de lui, il tombe dans une cuvette et concède encore 20 minutes.

=> Dakar 2019 : les infos et classements de chaque étape

=> Dakar 2019 : le programme TV

Un « Dakar galère », comme l’année dernière 

Et la journée de mardi n’échappe pas à la règle. « Mister Dakar » s’est ensablé à deux reprises et ne cache pas sa frustration à l’arrivée : « ça nous coûte cher mais c’est difficile de lire le terrain et le relief. On a vite fait de se faire piéger. » L’addition est salée : il concède 24 min ce mardi et dégringole de la 2e à la 4e place à 53 min du leader, Nasser Al-Attiyah. « Sauf miracle, on n’est pas capable de faire quelque chose, ajoute Peterhansel. Même si Nasser se plante dans les dunes, il a une marge considérable. »

Le vainqueur de deux des trois dernières éditions tente d’analyser ses mésaventures. « On a un système de gonflage/dégonflage qui ne marchait pas, on s’est ensablé à cause de ça et on s’est exposer aux erreurs ensuite ». Un « Dakar galère » donc pour le recordman de l’épreuve qui l’an dernier aussi, avait laissé échapper la victoire. Pourtant largement en tête en l’issue de la journée de repos, il avait heurté une pierre puis un arbre et perdu ainsi toutes chances de victoires.

Loeb en embuscade  

Ses déboires profitent à deux hommes : Nani Roma, désormais 2e du général à 46 min d’Al-Attiyah et Sébastien Loeb. L’Alsacien s’est offert sa 4e victoire d’étape ce mardi, ce qui lui permet de remonter sur le podium et de pointer à 16 secondes de la 2e place !

« On a crevé au bout de 5 km alors qu’on roulait à 180 km/h et laissé quelques minutes à chercher un ‘way-point’, explique Sébastien Loeb. Mais à part ça, c’était une bonne spéciale. » Le nonuple champion du monde sait qu’il est « en bonne position pour récupérer la 2e place au général ».

Van Beveren patine, les KTM s’envolent 

Chez les motos, Adrien Van Beveren, qui était revenu à la 2e place du général, a connu sa journée galère. Obligé de « jardiner » à deux reprises, il est aussi tombé dans les dunes plusieurs fois. Résultat : il termine 6e et concède 11 min au vainqueur du jour (Matthias Walkner, KTM) et ne profite pas de la casse moteur de Ricky Brabec (Honda), leader du classement général depuis la journée de repos. Au classement, le pilote nordiste est désormais 5e à 9 min 54 de Toby Price qui prend la tête.

À l’image de l’Australien, en tête pour la première fois dans ce Dakar, KTM prend le pouvoir : la marque autrichienne hisse trois de ses pilotes aux quatre premières places (Price 1er, Walkner 3e et Sunderland 4e). Pour mettre un terme à 17 ans d’invincibilité de KTM, ses adversaires devront s’employer lors des deux dernières spéciales, respectivement longue de 313 km (Pisco-Pisco) et 112 km (Pisco-Lima).

Photo : Florent Gooden/DPPI/Dakar

Les dernières infos du Dakar 2019

Fallait pas énerver Loeb… 

Dakar 2019 : Al-Attiyah s’envole, Loeb et Despres patinent !

Dakar 2019 : le grand chambardement

Et si Fernando Alonso participait un jour au Dakar ?

Go to Source
Author: La Rédaction

Vous aussi profiter de l’injection de vapeur froide d’eau a l’admission d’air

Cliquez sur l’image

Combustor sas

À propos de l’auteur

admin administrator

    Refonte Boutique jusqu'au 28/02/2020Aucune commande ne sera honoré ! Ignorer