Citroën C5 Aircross BlueHDi 180 : essai sur 1 500 km

Paradmin

Citroën C5 Aircross BlueHDi 180 : essai sur 1 500 km

Après un galop d’essai avec l’essence, nous avons mis à l’épreuve la version diesel 180 ch du C5 Aircross. Essai sur 1 500 km, avec quatre gaillards à bord.

Les premières prises en main donnent souvent un bon aperçu des nouveautés. Mais rien ne vaut une utilisation réelle pour juger des qualités ou des défauts difficiles à appréhender à la première utilisation. Pour le prouver, nous avons emprunté un C5 Aircross BlueHDi 180 ch, afin de permettre à quatre copains de passer un week-end au ski. Premier constat, si le volume du coffre (580 litres) s’accommode parfaitement de sacs bien remplis, des anoraks et des chaussures de ski, l’espace aux jambes à l’arrière se révèle néanmoins un peu limité pour les grands gabarits. En revanche, aucun souci concernant la garde au toit, la largeur aux coudes et la modularité, grâce aux trois sièges arrière indépendants et coulissant sur 15 cm, lesquels, en étant occupés par des enfants, permettent d’accroître le volume du coffre jusqu’à 720 litres. À propos de la vie à bord toujours, les occupants goûteront aussi aux nombreux espaces de rangement, à une surface vitrée conséquente, et surtout, à un excellent confort de suspension.

Au fil des kilomètres, le C5 Aircross fait des merveilles. Certes, son comportement routier n’a pas la précision chirurgicale de son proche cousin, le Peugeot 3008, mais engloutir des kilomètres à son bord est un pur bonheur, quel que soit l’état de la chaussée. Les fameux amortisseurs à butée hydrauliques présentent un réel avantage comparé à des rivaux nécessairement moins doux sur la bosse. À haute vitesse sur autoroute, nous avons aussi été agréablement surpris par la très bonne qualité de l’insonorisation. Bruit d’air et mécaniques apparaissent très bien maîtrisés.

Cerise sur le gâteau, on ne s’ennuie pas au volant. Connu et reconnu au sein du groupe PSA, le 2.0 BlueHDi 180 ch colle parfaitement au C5 Aircross. Très bien épaulé par l’excellente boîte automatique à huit vitesses EAT8, aussi douce que réactive, ce bloc sans bougie dispense des performances élevées avec des reprises largement suffisantes, au prix, malheureusement, d’une consommation trop importante : 8,4 l/100 km, selon notre ordinateur de bord, en conduite très soutenue il est vrai, bien chargés et sous une météo exécrable (froid, pluie, vent, puis neige en montagne). Un appétit qui contraint à de fréquents arrêts à la pompe, d’autant que la faible capacité du réservoir du C5 – 53 litres seulement – autorise à peine plus de 600 km d’autonomie à rythme soutenu. C’est peu pour un diesel moderne.

S’il est privé de transmission à quatre roues motrices, notre C5 d’essai profitait de l’option Grip Control, laquelle, associée aux excellents pneus hiver Michelin Pilot Alpin montés spécialement pour cet essai, réconforte sur terrain glissant. Le mode “neige”, que nous avons beaucoup utilisé, permet une conduite plus souple en jouant sur la boîte et l’antipatinage, maîtrisant ainsi les 400 Nm de couple qui déboulent sur le seul train avant moteur. En cas de très fortes pentes ou pour se sortir d’un mauvais pas, cette béquille électronique ne rivalisera évidemment jamais, avec une transmission intégrale. Mais c’est rare.

Verdict :

Très confortable, performant et agréable à vivre, ce C5 diesel souffre d’une consommation trop élevée.

Citroën C5 Aircross : la technique

Acheter
Version essayée : 39 150 €
À partir de 36 050 €
Conso moyenne constructeur/durant l’essai (l/100 km) : 4,9/8,4
CO2 (g)/bonus-malus : 124/70 €
Puissance fiscale : 9
Pays de fabrication : France

Gamme proposée
Essence de 130 à 180 ch
de 24 700 à 36 250 €
Diesel de 130 à 180 ch
de 28 900 à 39 150 €

Conduire
Moteur : 4-cylindres en ligne, turbo-diesel, 16 soupapes, distribution par courroie, FAP, stop & start
Transmission : traction, automatique 8 vitesses
Puissance (ch à tr/min) : 180 à 3 750
Couple (Nm à tr/min) : 400 à 2 000
Poids (kg) : 1 540
Long.xlarg.xhaut. (m) : 4,50×1,86×1,69
Empattement (m) : 2,73
Réservoir (l) : 53
Vitesse maxi (km/h) : 211
0 à 100 km/h/1 000 m DA : 8,6/29,8
Pneus de série : 235/55 R 18
Pneus de l’essai : Michelin Pilot Alpin

Vivre
Largeur coudes AV/AR (cm) : 148/144
Espace jambes AR (cm) : 72
Coffre à 5/à 2 (l) : 580-720/1 630

Options conseillées
Grip Control : 300 € (1)
Park assist : 400 €
Roue de secours : 120 €
Toit ouvrant : 1 400 €
(1) Si utilisation sur neige

Principales concurrentes
Ford Kuga 2.0 TDCi 180 4×4 Powershift, à partir de 39 800 €
Jeep Compass 2.0D Multijet 170 BVA9, à partir de 40 700 €
Kia Sportage 2.0 CRDi 185 4×4 BVA8, à partir de 38 950 €
Opel Grandland X 2.0D 177 BVA8, à partir de 38 700 €
Peugeot 3008 BlueHDi 180 EAT8, à partir de 41 550 €
Skoda Karoq 2.0 TDI 190 4×4 DSG7, à partir de 36 450 €
Volkswagen Tiguan 2.0 TDI 190 4Motion DSG7, à partir de 46 780 €

A lire aussi sur www.auto-moto.com :

Go to Source
Author: Stanislas Larroumet

Vous aussi profiter de l’injection de vapeur froide d’eau a l’admission d’air

Cliquez sur l’image

Combustor sas

À propos de l’auteur

admin administrator

    Refonte Boutique jusqu'au 28/02/2020Aucune commande ne sera honoré ! Ignorer