Affaire Carlos Ghosn : Nissan dément la théorie du complot

Paradmin

Affaire Carlos Ghosn : Nissan dément la théorie du complot

Le nouveau dirigeant de Nissan, Hiroto Saikawa a enfin pris la parole à propos de l’affaire Carlos Ghosn, démentant la théorie du complot. Il affirme également que l’Alliance Renault-Nissan n’est pas en danger malgré la mise en examen de son PDG.

Après plus de deux mois d’une affaire aux multiples rebondissements, une personne était restée jusqu’alors plutôt silencieuse. Il s’agit d’Hiroto Saikawa, ancien bras droit de Carlos Ghosn et désormais nouveau patron de Nissan. Accusé par certains comme instigateur de l’affaire qui secoue le monde automobile depuis le 19 novembre dernier, il a enfin pris la parole, démenant la « théorie du complot » afin de prendre la place du magnat de l’automobile. Le nouveau PDG affirme en effet que « c’est absurde, et je ne peux pas comprendre que l’on puisse croire une seconde à un tel scénario ! » Avant d’ajouter avoir été « le premier choqué par ce que l’enquête a montré ».

Pourtant, nombre de personnes dans l’entourage de Carlos Ghosn évoquent un complot interne visant à le faire tomber. Et pour cause, il semblerait Hiroto Saikawa était sur le point d’être poussé vers la sortie par le milliardaire, alors qu’il était son plus proche collaborateur depuis plus d’une vingtaine d’années. Toute cette affaire est-elle une manœuvre dans le but d’accéder au plus haut poste de Nissan ? Pour celui qui a consacré sa carrière au constructeur nippon, il n’en est rien. Et pour cause, dans une interview exclusive accordée aux Échos, il affirme que « la justice a été alertée par une procédure de lanceur d’alerte », affirmant n’avoir été au courant de rien. « Pour ma part, je n’ai été informé de ces procédures internes et judiciaires qu’à l’automne ».

L’Alliance Renault-Nissan n’est pas en danger

S’il faudra encore attendre les conclusions de l’enquête pour faire toute la lumière sur une affaire qui interroge chaque jour de plus en plus, Hiroto Saikawa tente de rassurer, à défaut de totalement convaincre. Il affirme en effet à nos confrères à que l’Alliance Renault-Nissan n’est quant à elle « absolument pas en danger », répétant à qui veut l’entendre tenir « plus que tout à l’alliance avec Renault ». L’homme d’affaires se dit donc déterminé à continuer le travail débuté par Carlos Ghosn, en continuant d’évoluer main dans la main avec les autres marques du groupe. Quoi qu’il en soit, il se défend de vouloir porter préjudice à l’organisation, affirmant que celle-ci est cruciale pour « rivaliser avec les géants de l’automobile ».

De son côté, Carlos Ghosn s’apprête à passer plusieurs mois en prison, la demande de fin de détention formulée par ses avocats ayant une fois encore été rejetée par le tribunal de Tokyo. Pour rappel, le patron de Renault a été mis en examen la semaine dernière pour dissimulation de revenu et abus de confiance, en ayant compensé des pertes personnelles avec des fonds appartenant à Nissan. Arrêté le 19 novembre dernier, il n’aura pu s’exprimer qu’une seule fois en public depuis, démentant alors l’ensemble des faits qui lui sont reprochés.

Retrouvez nos derniers articles sur l’affaire Carlos Ghosn :

Affaire Carlos Ghosn : de nouvelles accusations de fraude

Affaire Carlos Ghosn : le PDG à nouveau mis en examen

Affaire Carlos Ghosn : il restera en prison pour l’instant

Go to Source
Author: Marie Lizak

Vous aussi profiter de l’injection de vapeur froide d’eau a l’admission d’air

Cliquez sur l’image

Combustor sas

À propos de l’auteur

admin administrator

    Refonte Boutique jusqu'au 28/02/2020Aucune commande ne sera honoré ! Ignorer